< Association franco-méditerranéenne de Pneumologie

Souvenirs 2018 - Sorrente (1)

publié le : 10 avril



LE VOYAGE

L’ A.F.M.P est une association médico-culturelle. L’alliance congrès médical et culture est profitable. Dans le choix de la destination jouent les attraits culturels et leur accessibilité (destination connue et réputée ), le but de découvrir le patrimoine culturel d’un pays , le mode de vie de ses habitants ….découverte de la nature (Capri, la côte amalfitaine ), folklore, musique, cuisine…

Il y a toujours une disponibilité à s’enrichir de l’inconnu (la consommation culturelle gagne en popularité), des expériences humaines imprévues, insolites, émouvantes et variées.

C’est l’irrésistible désir de reculer dans le temps , d’apprendre à propos des gens et de leurs cultures ancestrales.

Le voyage est une initiation et une métamorphose, une quête de soi-même… le chemin nous ouvre un désir de liberté.

Le goût de la découverte et de l’étonnement devant les variétés des Hommes, des cultures et des paysages . Etonnement qui traduit la découverte de notre propre étrangeté, celle qui nous fait sentir le regard des autres et qui nous fait dire qu’à l’étranger, nous sommes à notre tour des étrangers.

A la rencontre des Autres, on commence à sortir de l’emprise de notre éducation et des idées reçues….Le voyage est une invitation au dépouillement de soi "On voyage pour que la route vous plume, vous rince, vous essore" et c’est la différence entre le touriste et le voyageur.

La saisie de "l’autre comme un Je" suppose la reconnaissance du "Je comme un autre", route longue et difficile qu’il faudra apprendre humblement, à cheminer pas à pas.

"Voyager, c’est bien utile , ça fait travailler l’imaginatio ". L’imagination nourrit le voyage qui la nourrit de retour.

Le voyage peut se faire dans son propre pays , et même à l’intérieur de soi-même.

"La philosophie comme manière de vivre" est une pensée en mouvement, qui voyage : dépaysons la pensée !

Des philosophes comme Avicenne, Averroès et même Maimonide furent des passeurs des mondes, d’Orient et d’Occident.

Le voyage en quête de spiritualité et de purification de l’âme... voyager vient en effet de la voie.

Voyager nous permet la découverte de la diversité étroite des peuples, des cultures, des communautés et des conditions humaines, de penser l’Homme dans sa dimension universelle.

L’hospitalité fait la fortune de celui qui la reçoit. C’est une grande vertue qui commence à manquer en Europe avec la montée de la xénophobie qui éloigne et chasse la présence des migrants et des réfugiés à l’exception des touristes (économiquement profitables).

Dans notre voyage à Sorrente, on découvre l’espace terrestre et le temps historique. A Pompéi, on a vu la conscience historique s’éveiller et naître la passion des monuments de l’antiquité.

Le voyage est aussi fécond comme état d’esprit , comme mode de conscience particulier, à savoir : l’imagination.

Le voyage des écrivains et des philosophes a fait une critique remarquable de l’ethnocentrisme. Lévi-Strauss disait "L’humanité cesse aux frontières de la tribu "… Nous sommes toujours l’étranger de quelqu’un, la proximité avec l’autre n’est jamais une garantie contre l’étrangeté : les gens de la même ethnie, de la même communauté , de la même croyance , se découvrent entre eux des mystérieuses différences …

"L’expérience du voyage enseigne à éprouver la vérité dans l’action , par l’action". C’est avant tout nous-même que le voyage met à l’épreuve.

Rousseau disait : "Quand on veut étudier les Hommes, il faut apprendre à porter sa vue au loin ; il faut d’abord observer les différences pour découvrir les propriétés ".

Le voyage est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page.

Voyager sans rencontrer l’Autre, ce n’est pas voyager, c’est se déplacer (le touriste c’est l’idiot du voyage). Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve.

A l’AFMP on ne voyage pas comme aller au cinéma… vous en êtes les acteurs le temps de notre congrès.

Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de soi-même. Qui que ce soit, dans quelque société que ce soit , a intérêt de temps en temps à secouer son petit cocotier personnel d’habitudes , de préjugés , des valeurs et des convictions .

Prends le temps chaque jour de revenir en toi.

Laurent SOUKARIE

SORRENTE LE 07.04.2018