< Association franco-méditerranéenne de Pneumologie

ISPHAHAN le 07 AVRIL 2015

publié le : 17 avril 2015


ISPHAHAN le 07 AVRIL 2015

Chers amis

Dans ce climat de crise, la dictature des marchés financiers, les fanatismes multiples, religieux, ethniques et nationaux, ont vraiment de quoi susciter l’idée que tout va mal…La guerre semble être la condition normale des civilisations, accompagne le progrès technologique et exprime de la manière la plus brutale la volonté de domination humaine.

Le marché des armes ne s’est jamais aussi bien porté, les armes sont vendus par les pyromanes qui jouent par la suite le rôle des pompiers dans le cadre du droit d’ingérence humanitaire (l’appellation moderne de la colonisation), dépassant la souveraineté des pays pour un contrôle absolu déguisé en démocratie aéroportée (contre les dictateurs, les armes de destruction massive, le terrorisme…). On impose l’embargo contre un pays en interdisant les vivres et les médicaments, mais tout en autorisant la livraison d’armes…

La gestion actuelle du monde est inconsciente, égoïste et folle.

L’occidentalisation se résume à la colonisation culturelle de ce qu’il y a de pire dans la culture occidentale. Non pas l’éducation, les droits, les sciences et la Liberté, mais le consumérisme, les modes et le culte de l’avoir et de posséder.

Il faut être conscient qu’il est des ruptures à vivre et que continuer sans rompre avec certaines modes de pensée revient à « foncer dans le mur ».

Chacune, chacun, de là où elle ou il se trouve, doit avoir l’humilité de comprendre que la Rencontre, l’interaction et la complémentarité entre les civilisations, les religions et les cultures ne sont pas un luxe de dialogue, mais un impératif de la survie.

Loin d’une projection, d’un fantasme reconstruisant un passé idéalisé, imaginé, voire « idéologisé », il faut poser le principe des identités multiples qui se fécondent mutuellement.

« Nous voulons vivre dans un monde sans étranger »

Continuer à se gargariser d’être les propriétaires de l’Universel, mais ne pas en faire profiter les autres : c’est l’ambiguïté des discours politiques.

Notre route de l’avenir est commune. Elle doit tirer profit de notre diversité et de ses richesses. Il faut construire, donner substance à ce discours et le promouvoir, car il est fondamentalement positif.

Mesdames et Messieurs

Nous sommes dans un monde de communication immédiate par le téléphone, par internet, etc…Cela revient à dire que le monde communique mais la compréhension ne se développe pas..L’important n’est pas la communication de l’information, mais la compréhension d’autrui.

Qu’est-ce que l’Autre ? C’est celui qui est à la fois différent de Soi et semblable à Soi.

L’intolérance a souvent pour cause l’ignorance et la peur : peur de l’inconnu, de l’Autre, des autres cultures, nations, religions…

« Le principal fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance, mais le refus de savoir ».

A l’A F M P, nous faisons l’effort de sensibiliser nos contacts à des modes de vie différentes de leurs.

Le Respect et la Tolérance sont des actes libérateurs qui permettent de prendre conscience que les différences d’autrui sont aussi nos propres différences et que la richesse d’une autre culture devient la richesse de tous.

La Tolérance est la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales d’autrui.

Accepter la Vérité des Autres, accepter que la différence et la divergence sont dans le bon ordre des choses.

Notre action non violente est un moyen d’exercer un pouvoir contre l’intolérance véhiculée par les médias et les incitateurs à la haine (l’erreur ne devient pas une vérité parce qu’elle se propage et se multiplie)

Etablir le droit du plus fort et se comporter en prédateur « financier et politique » avec une manipulation médiatique bien montée,

Etaler une uniformité dans la totalité de l’espace public mondial, grâce à l’espace médiatique « politiquement correct » qui reformate la pensée, y favorisant superficialité, instantanéité, répétition collectiviste, irrationalité …

Nous vivons une crise économique, politique, mais aussi intellectuelle et morale,

Etre moral, c’est être libre

Etre moral, c’est être rationnel

S’autodéterminer par la Raison, et obéir à la loi de la Raison. (On voit la raison au détail et la folie en gros ).

Depuis quelques décennies, avec la rapidité des mutations de la société,nous vivons un malaise dans la civilisation : l’effacement du Sujet dans la post modernité est alors un constat de crise. La possibilité du sujet est mise en doute conceptuellement et pratiquement, elle nous pose la question du « Devenir humain ».

Nous sommes dans une crise de civilisation très profonde. L’incohérence est partout, la crise du sens est devenu une banalité.

Nous pensons que l’enjeu de cette incohérence est le devenir humain (l’Homme travaille à son obsolescence).

Les camps nazis, Hiroshima et Nagasaki, Abou Graeib et Guantanamo…sont l’expression d’une barbarie qui s’inscrit dans le principe même de la civilisation.

Le totalitarisme est né au sein de la civilisation elle-même, il en est le fils.

L’individu surfant de façon émotive au gré des mouvements d’opinions (au dépend du sujet conscient, rationnel, autonome et universel).

L’Homme de ce début du 21ème siècle apparaît « sans boussole, sans lest », affranchi du refoulement, moins citoyen que consommateur, un « Homme sans gravité », produit d’une société libérale aujourd’hui triomphante, qui semble n’avoir plus le choix. Il est en quelque sorte « sonné de jouir »

Je pense différemment donc je suis

Qu’est ce que rencontrer l’Autre ?

A L’A F M P, nous avons pour vocation d’être des traits d’union, des passerelles, des médiateurs entre les diverses communautés, les diverses cultures. Nous sommes des hommes et des femmes de dialogue et de partage et, au moment où les Hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts, notre association réalise un pont entre les 2 rives de la méditerranée.

La rencontre avec l’Autre se réalise à travers les actions que nous accomplissons, et également à travers les jugements que chacun porte sur le bienfondé de ces actions, de soi et des autres.

Ainsi, on constitue la mémoire identitaire de l’A F M P, car nous représentons ce « au nom de quoi » nos imaginaires se construisent. Nous évitons aussi le piège d’enfermement dans des catégories, dans des essences communautaires… Le piège de double exclusion, de soi vis-à-vis des autres, et des autres vis-à-vis de soi.

L’A F M P est un groupe culturel composite…On s’enrichit d’entrecroisement d’ethnies, de religions, de pensées, d’us et coutumes. Nous sommes une identité collective, celle de partage et donc, la production d’un sens collectif. C’est un partage mouvant, aux frontières floues, un partage dans lequel interviennent des influences multiples.

C’est une illusion de croire que notre identité repose sur une entité unique et homogène. L’authenticité de chacun et du groupe donne une identité plurielle à tous.

Laurent SOUKARIE

2015-04-17T10:34:43